Lycée Juliette RécamierbouquinsAccès lycée
Dimanche 21 Juillet 2019
 

accompagnement scolaire

» Français

» Mathématiques

» Histoire-Géo

» Ecjs

» Philosophie

» Danse

» Arts

» Eps

» Svt

» Physique-chimie

» Anglais

» Allemand

» Espagnol

» Italien

» Arabe

» Chinois

» Tpe

» Ses

» Eco gestion

» Sécurité routière

vie

» Consommation

» Santé

» Environnement

» Vie professionnelle

atlas

» Atlas

» Plans

banques d'images

» Aller à la rubrique

fleche Infos CDI : Lecture plaisir

6EMES ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN

Les élèves de seconde de l'option Littérature et société ont lu "Pourquoi êtes-vous pauvres?" de William Tanner Vollmann.

air2012

Voilà la critique qu'ils ont rédigée et qui est parue dans Lyon Plus du lundi 28 mai 2012

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il y a tant de pauvres dans le monde ?

Curieux et courageux, Vollmann est parti à la rencontre des pauvres du monde entier et a posé à tous cette même question : « Pourquoi êtes-vous pauvres?». Pour comprendre la face cachée de la pauvreté, il donne, avec beaucoup de respect, la parole à Petite et Grande Montagne, deux SDF japonais, à Sunee, une femme de ménage thaïlandaise, à Natalia, une mendiante russe, à des prostituées… Les réponses sont différentes : la maladie, la domination des riches, mais c’est le destin qui revient le plus souvent. Malgré leurs conditions de vie douloureuses, tous ont le courage d’affronter le quotidien, les questions dérangeantes de l’interviewer, et même l’objectif de son appareil photo. Surprenant, à la fin du livre, 128 photos en noir et blanc vous permettent de mettre un visage sur le nom de toutes les personnes rencontrées ! Au-delà du reportage, Vollmann réfléchit sur la pauvreté. Avec des références à des philosophes, à des romanciers, son livre devient un essai instructif, parfois difficile à suivre.

Vous serez comme nous  submergés par  de nombreux sentiments : curiosité, tristesse, compassion, culpabilité. Vollmann se qualifie lui-même de riche et nous invite à nous interroger : « Et nous, sommes-nous riches ? »


Le dimanche 3 juin, aux Subsistances, les élèves ont rencontré William Vollmann avec des élèves du lycée Saint-Joseph de Tassin. L'échange a été simple, cordial, et un brin étonnant puisque les rôles ont fini par s'inverser, l'auteur interrogeant lui-même les élèves selon la méthode d'enquête dont il est coutumier!

                                                   

 

Né en Californie en 1959, William Tanner Vollmann fait des études d’arts. Après avoir exercé différents métiers, il devient journaliste et écrivain. La critique le remarque pour You Bright and Risen Angel  en 1987. Il fait beaucoup de reportages sans craindre les risques, voyage en Afghanistan puis à travers le monde. Au contact des prostituées et des personnes démunies, il témoigne des problèmes sociaux de notre époque.

Les principaux essais et romans de Vollmann parus en France : Le Livre des violences  (2009),  Central Europe  (2007),  Pourquoi êtes-vous pauvres ?  (2008- prix du meilleur livre étranger), Le Grand Partout  (2011). Son dernier livre,  Fukushima, dans la zone interdite, vient de sortir.

 

11-07-2012

 


 

LES ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN A RECAMIER

 

Cette année, 2 classes y ont participé:

- La 1ère 6 pour le roman "La couleur de l'aube" de l'auteur(e)  haïtienne Yanick Lahens.

- La T2 pour le roman "Morvern Callar" de l'écrivain écossais Alan Warner.

Voici la critique de"La couleur de l'aube" faite par les élèves et parue dans Lyon plus  :


La couleur de l'aube


"La couleur de l'aube" raconte l'histoire d'une famille pauvre de Port-au-Prince. deux soeurs, Joyeuse la sensuelle et Angélique qui s'accroche à la religion, parlent de leur vie et s'inquiètent de la mystérieuse disparition de leur frère Fignolé, un révolté, un artiste. Quand on découvre ce roman, on est désorienté par l'alternance des personnages et en même temps on "accroche", on est séduit d'emblée par l'écriture pétillante de Yanick Lahens. Elle a l'art de faire comprendre toutes les façons de vivre de la pauvreté et de la rendre poétique, l'audace de ne pas avoir peur des mots crus, le courage de dénoncer la corruption, la dictature. faisant cohabiter chez ses personnages haine et amour, sensualité et dévotion religieuse, bonheur, pauvreté, malheur, espoir et défiance, elle nous dévoile tout au long de ces 213 pages son amour pour sa terre natale, un amour inconditionnel qui se manifeste à travers les descriptions fines des gestes quotidiens, de la beauté des mille parfums et des couleurs qui contrastent avec la corruption politique d'une rare violence, avec l'inégalité sociale scandaleuse; et cela ébranle nos conscience set bouleverse le ronron quotidien de nos jours paisibles d'occidentaux qui ne connaissent pas cette sorte de misère.


 

Yanick Lahens

 

Yanick lahens


Et voici la critique de "Morvern Callar" parue aussi dans Lyon plus :



"Morvern Callar" est une héroïne moderne qui navigue d'un bout à l'autre de l'Europe, depuis son petit village d'Ecosse aux plages du Sud de l'Espagne. Issue de la classe ouvrière, ayant commencé à travailler dès la sortie du lycée, elle a pour seul avenir un boulot de caissière déprimant à la supérette du village. La mort de son petit ami qui lui confie un manuscrit va bouleverser sa vie en lui procurant les moyens financiers pour changer d'air et pour s'arracher à son quotidien blême. A travers de magnifiques descriptions tant des paysages que des nombreux personnages qui peuplent l'odyssée de Morvern Callar, Allan Warner nous dépeint une jeunesse désabusée qui se cherche et se perd parfois dans la fête, l'alcool, et la drogue. Le style d'Allan Warner colle parfaitement à cette plongée au coeur du mal-être de la jeune Morvern et des gens de sa génération. Un langage cru, sans tabou, mais aussi sans remords. La langue d'un être libre qui ne s'apitoie pas sur son sort. Morvern Callar est un roman atypique d'un genre hybride à mi-chemin entre quête initiatique et roman réaliste qui nous prouve que le mélange de sgenres ne rime pas forcément avec cocktail indigeste.

 


LES ROMANS LES PLUS LUS DE 2010-2011

 

Le roman d'Ananda Devi "Eve de ses décombres" vient largement en tête.

Les élèves ont beaucoup aimé cette fiction mettant en scène quatre adolescents de l'Ile Maurice qui cherchent à vivre dans une cité populaire marquée par la pauvreté . Ils l'ont d'autant plus aimé qu'ils ont eu la chance de recontrer son auteur. Lisez les détails sur la page actualités du CDI.

En deuxième position : "le fourgon des fous" de Carlos Liscano. Ce récit autobiographique sur l'emprisonnement et la torture a frappé les élèves par sa dureté et son humanité. Là aussi, nous avons eu la chance de rencontrer Carlos Liscano au lycée.

Puis viennent :

- " Avec tes mains d'Ahmed Kalouaz"

- " Odette tout le monde et autres histoires"

- "Le temps des miracles", la BD "Silex and the city" , "Moi l'interdite"

 

 


 

LISEZ EN 2011 AUSSI!

En ce début d'année 2011, nous  conseillons 3 blogs à celles et ceux qui ont envie de lire :

- Vous pouvez trouver des dizaines d'idées de lecture en tout genre ( y compris BD et mangas ) sur le blog de Sylvie, une bibliothécaire qui veut vous faire partager sa passion des livres :

http://passiondeslivres.over-blog.fr

- Le blog des élèves des élèves de chinois du lycée Récamier vous conseille plusieurs écrivains chinois :

http://weiwei.over-blog.fr  

- Le blog d'Amira, ancienne élève du lycée Récamier, vous invite à lire les ouvrages de  l'écrivain égyptien Alaa El Aswany:

http://yacoubian.over-blog.fr


ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN 2010

Pour les 4èmes Assises Internationales du roman de Lyon, les élèves de la classe de 1.4 ont lu "Zoo" de Marie Darrieussecq.

Voici la critique des textes qu'ils ont lus telle qu'elle est paru dans Lyon Plus du 7 mai 2010.

Zoo : un monde qui vous ressemble ou une foire aux monstres ? Vous imaginez-vous dans un univers où le réalisme et le fantastique se confondent ? C’est ce qu’a fait Marie Darrieussecq, considérée comme le baron Frankenstein de la littérature française. Elle tente dans son recueil, Zoo, d’aborder les étranges facettes de ces phénomènes que sont les hommes. Chaque nouvelle révèle un univers singulier : ainsi, Simulatrix exhibe sans pudeur l’intimité, la simulation et la libido féminines alors que La Randonneuse exploite l’angoisse du lecteur comme dans un film d’horreur. Et dans Le Voisin, elle veut changer le regard porté sur les artistes en introduisant lieux et personnages réels comme John Lennon et New york. Mais alors, dans quel monde se trouve-t-on ? Ne passe-t-on pas du coq à l’âne, ou plutôt du singe au chat, animal présent dans plusieurs nouvelles ? Qu’est-ce que Marie Darrieussecq veut prouver au juste ? Certains d’entre nous ont eu parfois l’impression d’être déstabilisés, perdus, comme devant une équation sans solution. D’autres au contraire ont apprécié l’originalité d’un personnage comme Nathanaël, bouleversant de solitude, ou d’une nouvelle comme My mother … étrangement inspirée d’un film. Quoiqu’il en soit, chapeau l’artiste !

Biographie : Marie Darrieussecq, née en 1969, a passé son enfance dans un petit village du Pays Basque. Passionnée de littérature depuis son plus jeune âge, diplômée de l’ENS, elle publie en 1996 son premier roman Truismes qui rencontre immédiatement un succès mondial. Elle continue à écrire de nombreux ouvrages de fiction, son genre favori, inspirés de ses expériences personnelles. Elle a publié chez POL six romans dont Naissances des fantômes en 1998 et Le Bébé en 2002. Elle utilise de manière récurrente des personnages principaux  féminins et aborde très souvent les thèmes de la disparition et de l’absence. Elle vient de faire paraître un essai sur les différends littéraires : Rapport de police, accusations de plagiat et autres modes de surveillance de la fiction. Elle a plusieurs projets en tête, tous les genres la tentent.

La classe de 1.3 a lu "Effacement" de Percival Everett.

Voici sa critique du roman telle qu'elle est parue dans Lyon Plus :

Un livre dans un livre, du rire à la satire, du stéréotype du noir américain du ghetto à l'écrivain talentueux, Effacement est tout cela et bien plus encore. Ce roman de percival Everett est un véritable voyage au cours duquel s'entremêlent diférents univers qui n'ont à priori rien de commun. On y parle d'amour,  de la famille, de l'art d'écrire et même de pêche et de menuiserie. A travers le journal intimede l'écrivain Thélonious Monk Ellison, Everett écrit une satire férocedu monde du livre. Ellison est un écrivain noir. On attend donc d elui des livres de Noir, sur les Noirs. Mais, issu de la classe moyenne, il ne s ereconnaît pas dans le shistoires du ghetto. Ecrivant finalment ce roman absurde et parodique que tout le monde attend pour réglers e scompte sà l'industrie du livre, Ellison se retouve ris au piège. ce roman plein de colère et d'amertume réussit à travers un langage simple et compréhensible à faire réfléchir sur les questions raciales, le statut de l'écrivain ou la place de la famille dans notre société. Effacement est un livre déroutant mais passionnant, sa structue éclatée tout en flash-back déboussole le lecteur autant qu'elle attise sa curiosité. Un roman sans concession qui décrit avec âpreté le monde dans lequel nous vivons.

Effacement, traduit de l'américain par Anne-Laure Tissut, Babel, 364 p., 16 euros

NOUS AVONS RECU SEBASTIEN JOANNIEZ AU CDI

 

Sébastien Joanniez

 

Le 18 mars 2010 au CDI, les élèves de 2.1,2.2, 1.1,1.5 ont rencontré un jeune écrivain bien vivant qui a grandi à Meyzieu et vit maintenant en Ardèche de ses activités d’écriture.  

Sébastien Joanniez aime s’amuser avec les mots depuis tout petit. Il se rappelle avoir commencé à écrire à 12 ans. Depuis il écrit des chansons, de la poésie, des scénarios pour le cinéma, un roman, du théâtre. Il dit écrire parce que ça lui fait du bien et le libère. Il adore la musique et en écoute beaucoup de toutes les sortes : du reggae, du rap, du hip-hop, du jazz, de la musique classique aussi, Bob Marley, Bashung, I am, NTM, Eminem, Akhenaton, Jacques Brel, Edith Piaf…  Le rythme a une importance essentielle dans ce qu’il écrit. Prenez son roman « Treizième avenir ».  C’est du slam, et Sébastien Joanniez nous en a lu des extraits. Quand vous le lisez ce roman à haute voix, vous ressentez dans vos tripes le rythme haché d’une écriture pourtant sans aucun signe de ponctuation, avec beaucoup de doubles sens et un jeu   avec les mots qui vous fait rire des choses les plus sérieuses. Les élèves se sont reconnus dans le   personnage principal de  « Treizième avenir » : un ado qui rêve de l’amour avec sa copine au milieu d’un univers et de parents qui ne sont pas toujours marrants…

N’hésitez pas à emprunter au CDI « Treizième avenir » ou d’autres livres  de Sébastien Joanniez !

 ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN A LYON

Du 25 au 31 mai, plusieurs dizaines de romancier(e)s du monde entier seront présents à Lyon pour la 3ème session des Assises internationales du roman, pour des rencontres, tables rondes, lectures, entretiens...

Aux Subsistances

 Au lycée Récamier, comme dans beaucoup d'autres lycées rhône-alpins, nous avons préparé ces Assises par des lectures et par l'écriture de critiques parues dans le quotidien gratuit Lyonplus.

Le programme des Assises : www.villagillet.net


LA T.1 A LU "QUELQUECHOSE A TE DIRE" DE HANIF KUREISHI

 

 Contact

infos cdi

» Abonnements

» Horaires

» Actualités

» Lecture plaisir

dictionnaires

» Dictionnaires

» Encyclopédies

médias

» Presse

» Radios

» Télévisions

moteurs de recherche

» Moteurs

» Annuaires

orientation

» Aller à la rubrique

infos pratiques

» Aller à la pratique

espace profs

» Pédagogie

» Disciplines

» Interdisciplinarité

» Documentation

» Tice

» Sites institutionnels

© Lycée Juliette Récamier 2007 | Site mis à jour le 15-11-2012